Great Divide #5, Un sanctuaire pour cyclistes

Publié le 25/07/2018

Lorsqu’il y a 30 ans, Barbara Rye s’établit à Canyon Creek 880, elle ignorait tout du voyage à vélo. De temps en temps, certains cyclistes y faisait halte pour demander de l’eau après avoir franchi vaillamment le Stemple pass. Mais la création il y a tout juste 20 ans de la GDMBR, l’acronyme de la Great Divide Mountain Bike Road ou tout simplement la Continental Divide ou plus communément la Great Divide, allait créer un flot estivalier ininterrompu de cyclistes du monde entier. Un élan stimulé par la popularité grandissante de lsa plus récente Tour Divide, une folle course sur cet itinéraire, ainsi que le glorifiant documentaire Inspire to ride, et son légendaire recordman et héros, feu Mike Hall.

Great Divide #5, Un sanctuaire de cyclistes

Depuis 2010, Barbara Rye (et John Keller) accueillent chaleureusement tous les cyclistes de passage avec une boisson fraîche. Ils mettent à disposition une “cabin” et un terrain où broutent leurs lamas pour  y planter sa tente. A l’intérieur, plein de gestes délicats attendent le cycliste fourbu: un fourneau, de la pâte à pancake, de l’eau potable, une grosse boîte de smarties et même deux bouteilles de vin! De véritables trail angels.

A chacun de se prendre en photo avec un polaroïd et de laisser un mot dans le livre d’or. Ils ne demandent qu’une chose:

“La philosophie que nous pratiquons en vous offrant cette cabin et son contenu est la suivante: ‘redonnez-le plus loin à d’autres’. Nous ne voulons pas ou ne demandons pas de donations monétaires pour que vous restiez ici, mais à la place nous pensons que dans le futur vous rembourserez notre gentillesse à vous en la transmettant à  d’autres.  Merci!”

Great Divide #5, GDMBR Cabin Hosts

Coordonnées: GMNBR Cabin Hosts, Barbara Nye & John Keller, P.O. Box 455, Canyon Creek, MT 59633, USA. Tél: 406-368-2226, email: marshcrk@lincetel.net

D’autres exemples similaires existent ailleurs dans le monde, parmi lesquels figure bien sûr la  fameuse casa de ciclistas de Lucho à Trujillo, au Pérou, où je suis passé en 1998, avec Ruedas, mon compagnon de route d’alors.